1. SYNTHÈSE DE L’ÉTUDE

Suite aux inondations de juillet 2021, une réunion publique a eu lieu en février dernier à Rochefort.

Objet : présentation du résultat des études lancées par le Gouvernement wallon.

But :  soutenir les autorités communales pour orienter les démarches de reconstruction et tenter de limiter au maximum les risques d’inondations futures et les dégâts occasionnés par de fortes pluies.

Deux chapitres majeurs ont été évoqués lors de cette réunion :

  1. Tout d’abord, les aides du Ministre en charge de l’Aménagement du territoire
  2. Ensuite, les résultats d’une étude du Gouvernement wallon pour « soutenir les autorités communales » (reconstruction, limitation des risques d’inondations futures et des dégâts occasionnés par de fortes pluies.)

Comment Rochefort et les villages touchés par les inondations sont-ils visés par ces aides et cette étude ? Réponses ci-dessous !

La soirée s’est terminée par un échange de vues (voir ci-dessous). 

Les aides du Ministre de l’Aménagement du territoire.

Le Ministre de l’Aménagement du territoire (W.Borsus, MR) a mis en place un droit de tirage d’un montant de 25.000.000 € à l’attention des neuf communes concernées par les inondations (dont Rochefort).

Objectif : acquérir certains biens immobiliers et réaliser les actes et travaux de démolition liés. Rochefort recevrait ainsi 2.005.450 €.

Que va faire la commune avec les montants dont elle peut bénéficier ?

La réponse reste incertaine au vu des quelques réponses fournies par les représentants communaux à l’occasion des échanges qui ont suivi la présentation de l’étude (voir le débat)

Tout récemment, fin avril dernier, le gouvernement wallon a annoncé de nouvelles aides pour les communes et les populations frappées par les inondations de juillet 2021.

  • Une enveloppe de 82 millions s’ajoutera à un financement de 25 millions déjà décidé en 2022 pour aider les 9 villes et communes francophones les plus durement touchées – Chaudfontaine, Esneux, Liège, Limbourg, Pepinster, Rochefort, Theux, Trooz et Verviers – à acquérir et à démolir des biens sinistrés ou dangereux en raison des dégâts des eaux.
  • Une nouvelle aide de 40 millions d’euros servira à la réparation ou à la reconstruction de logements publics par les communes, les CPAS et les sociétés de logement public.

 

L’étude du Gouvernement wallon

Différents quartiers de Rochefort, Jemelle, Villers-sur-Lesse, Éprave, Belvaux , Lessive… ont également été lourdement frappés. Mais qu’a retenu cette étude réalisée, selon ses auteurs, en « concertation et parfaite coordination avec les autorités de Rochefort »?

Sur toute la commune, l’étude ne retient qu’une seule zone, à savoir la zone du Dewoin et de Préhyr sur la ville de Rochefort. Aucune autre étude n’est envisagée à l’heure actuelle pour les autres villages touchés ni pour les autres quartiers de la ville. (voir le débat et la justification des autorités communales.)

Au cours des échanges lors de cette soirée, la première échevine (Cap 2020 – IC) a précisé avoir personnellement assisté aux premières réunions du collège sur la question des inondations et regrette de ne plus y assister. Elle rappelle qu’au début, la définition du périmètre d’intervention concerné par l’étude a été guidée par la volonté d’examiner des terrains impliqués par des projets de construction.

Les propositions pour Rochefort 

Quelles propositions avance cette étude ? 

a) les entraves à l’écoulement de l’eau

Les terrains situés entre Rochefort et Jemelle (qui ont accueilli le vélodrome, Delhaize, hall omnisport …) doivent rester en l’état pour favoriser l’écoulement de l’eau. Constituent des entraves à l’écoulement de la Lhomme la zone du pont de la route de Marche, le bâti y existant, la passerelle – pile et tablier – ( rue du Hableau) et le pont rue de la Libération, points d’obstructions constituées d’objets flottants empêchant l’écoulement des eaux .

b) Les immeubles posant problème à l’écoulement de l’eau. Ces immeubles sont situés route de Marche en entrée de ville (pompe à essence et immeubles de commerce localisés en zone d’aléas élevés d’inondations), le long de la rue de la Passerelle entre la rue et la Lhomme et à la rue des Tanneries (une halle couverte trop proche de la rivière).

c) Les travaux préconisés.

Sont ainsi retenus particulièrement les projets suivants vu notamment leur intérêt touristique :

– la mise en valeur du tracé de la Lhomme (arbres, aménagements des berges, démolition des barrages) ;

– la valorisation des traversées de la Lhomme par des passerelles et des ponts résistants ;

– l’aménagement d’infrastructures d’accueil pour piétons et vélos au vu des nombreux itinéraires de promenades sillonnant le périmètre et s’acheminant vers le centre de la ville ;

– la création d’une alternative au parcours actuel du RAVeL ;

– le réaménagement du parc des Roches afin d’y développer une offre sportive et de loisirs ;

– l’aménagement des berges en escaliers au niveau du projet de logements collectifs à la rue de la Passerelle.

d) La ZAAC de Préhyr (Zaac : zone d’aménagement communal concerté)

Cette zone constitue un potentiel de développement de l’habitat à proximité du centre de la ville. Le plan d’aménagement date de 2000 et devrait être revu pour s’appliquer à toute nouvelle construction. Quels aménagements y sont proposés ? Ainsi :

– dans la zone à forte pente en amont du site, creusement de fossés à stockages successifs aménagés de part et d’autre d’un parc (ralentir et infiltrer les eaux ruisselantes ) ;

– création de bassins secs infiltrants liés à ces fossés pour retenir les trop plein d’eau issus des fossés (maîtriser les débits de fuite en cas d’orage) ;

– récupération en aval dans un bassin de rétention avec un débit de fuite vers la Lhomme ;

– gestion des eaux de voirie et des différents bâtiments via des aménagements (toitures vertes, fossés drainants, structure réservoir/parking poreux/chaussées drainantes, citernes) pour limiter l’apport d’eau vers la Lhomme.

 

Se documenter

L’étude complète est disponible sur le site suivant :

https://lampspw.wallonie.be/dgo4/site_amenagement/index.php/site/inondations/programmes-de-developpement-durable-de-quartiers.

D’autre part, des outils émanant de la Région wallonne existent déjà pour proposer certains conseils. Ainsi, la circulaire ministérielle du 23 décembre 2021 relative à la constructibilité en zone inondable apporte des renseignements sur les autorisations urbanistiques (disponible à l’adresse suivante :https://lampspw.wallonie.be/dgo4/tinymvc/apps/amenagement/views/documents/amenagement/regional/inondations/CirculaireInondations_231221_light_1.pdf)

Par ailleurs, un premier référentiel « constructions et aménagements en zone inondable » permet notamment d’évaluer le risque d’inondation pour privilégier son évitement, l’atténuer à défaut et, enfin, le compenser s’il ne peut être atténué. Un deuxième apporte des conseils et est intitulé : « Réduire la vulnérabilité des constructions existantes » Ils sont disponibles à l’adresse suivante : https://lampspw.wallonie.be/dgo4/site_amenagement/index.php/site/inondations/referentielinondations)

 

Share This